DANS LES TROIS CHÂTEAUX,
UN TRAVAIL RÉFLÉCHI ET ADAPTÉ

Dès leur acquisition, d’importants travaux de restructuration du vignoble et de réaménagement des chais sont entrepris dans les trois châteaux.

Donner à la plante la meilleure attention

Assorti des moyens techniques nécessaires pour révéler la singularité d’un sol, la méthode tient en quelques mots simples. La recherche d’un label ou d’une certification bio ne sont pas nécessaires, l’important est de donner à la terre et à la plante la meilleure attention pour qu’elles créent le meilleur vin possible sans engrais chimique ni désherbants. Des soins très intenses sont prodigués aux ceps en modulant les pratiques selon leur âge et selon les parcelles : labours pour structurer les sols, enherbement pour réguler leur alimentation minérale et hydrique, contrôle de la vigueur et des rendements à 45-50 hl/ha grâce à un travail minutieux passant par l’ébourgeonnage, l’effeuillage et les vendanges en vert quand cela s’avère nécessaire. La vendange mécanique, programmée à maturité parfaite, s’effectue dans des conditions idéales jusqu’à la réception en cave. Les raisins sont transportés dans de petites bennes vibrantes permettant d’égoutter les grappes, puis triés sur une table elle aussi vibrante qui enlève parfaitement tous les déchets indésirables.

En cave, on s’adapte à chaque parcelle

Parce que le sol est la matrice du vin, et qu’il n’y a pas une mais plusieurs parcelles, les vinifications s’adaptent aux particularités de chacune pour en révéler le meilleur. La typicité du millésime joue également un rôle important dans le choix de chaque geste. Les extractions durent en moyenne 30 jours, conduites avec délicatesse, entrecoupées de pigeages pneumatiques modulés selon la qualité des raisins. Une partie des fermentations malolactiques (75 %) s’effectue en cuves béton revêtues époxy, le reste en barriques neuves (25 %). L’élevage, d’une durée de 12 mois, en cuves ciment et en barriques (1/3 en neuves, 1/3 d’un vin, 1/3 de 2 vins) apporte sa complexité.